Passer au contenu

Foire aux questions

Voici l'ensemble des questions adressées par la population et les réponses soumises, dans le cadre de la soirée d'information du 24 novembre portant sur le prolongement du corridor Rapibus.

Projet en général

Initialement, le corridor Rapibus ne devait-il pas se rendre jusqu'au boulevard Lorrain?

Oui, c'est dans les plans depuis les tout débuts. Certains imprévus en cours de route ont amené la STO à faire des choix, dont celui de morceler le projet et de compléter, dans un premier temps, le tronçon jusqu'au boulevard Labrosse.

À combien se chiffre le prolongement du corridor Rapibus jusqu'à Lorrain?

Ce projet de transport collectif, incluant la piste cyclable, l'ensemble des mesures environnementales à réaliser ainsi que le 1,7 M$ versé au Fonds de protection de l'environnement et du domaine hydrique de l'État, se chiffre à 47 M$. Ce projet sera financé à 75 % par le ministère des Transports du Québec via le Programme d'aide au transport collectif des personnes et aux immobilisations en transport en commun. La STO complètera le financement.

Est-ce que le prolongement du Rapibus est réellement nécessaire et toujours d'actualité dans un contexte de pandémie et de baisse d'achalandage?

D'ici 2031, une croissance de population d'environ 30 % est attendue dans les secteurs à l'est de Gatineau. Cette croissance signifie donc plus de pression sur le réseau routier et une demande grandissante pour le transport en commun. Nous devons donc planifier et construire aujourd'hui, ce que nous voulons pour les 20 à 30 prochaines années.

Quels sont les bénéfices attendus pour les résidents des secteurs est de Gatineau?

Prolonger le Rapibus jusqu'à Lorrain, c'est offrir aux citoyens qui habitent à l'est du parc du Lac-Beauchamp, un accès beaucoup plus direct aux grands pôles comme le Cégep de l'Outaouais, le Centre sportif, la Maison de la culture et le CLSC. Avec l'insertion de quelques lignes de quartier en provenance de l'est dans le corridor et le début de certains voyages des lignes du Rapibus à partir de Lorrain, le prolongement leur offrira plus de possibilités de déplacements. Le temps venu, des consultations publiques auront lieu sur les modifications à apporter au réseau de transport en commun.

Pourquoi le corridor Rapibus ne peut-il pas plutôt passer par les boulevards Maloney ou Saint-René, au lieu de traverser le parc du Lac-Beauchamp?

Pour assurer des déplacements performants et optimaux, le Rapibus circule sur des voies dédiées au transport en commun, séparées de la circulation automobile. Différents corridors ont été étudiés pour le prolongement entre les boulevards Labrosse et Lorrain et l'utilisation de l'emprise ferroviaire est la seule option qui permet d'avoir une voie bidirectionnelle réservée aux autobus. En utilisant les boulevards Maloney ou Saint-René, il y a soit des enjeux d'espace, soit des impacts sur la performance du transport en commun. C'est pourquoi l'emprise ferroviaire a été privilégiée. Finalement, passer dans le parc du Lac-Beauchamp permettra aux citoyens d'y accéder en transport en commun, en toute saison.

Comment peut-on développer un système de bus pour l'est de Gatineau alors que l'ouest de Gatineau et d'Ottawa seront reliés par tramway? Pourquoi ne pas mettre tout de suite un train léger sur le Rapibus alors que les rails sont existants?

Lorsque nous planifions un système de transport en commun, nous choisissons le mode de transport le plus adapté selon des projections du nombre de déplacements à réaliser. Dans l'ouest, c'est actuellement un tramway à l'étude, car ce mode de transport permettra de déplacer l'ensemble des clients à un horizon long terme. Lors de la planification du corridor Rapibus, une étude a été réalisée pour identifier le mode le plus adapté et à ce moment-là, selon les projections, c'était le système rapide par bus qui a été le mode choisi.

Est-ce qu'un prolongement jusqu'au boulevard de l'Aéroport est dans les plans futurs?

Lors de la planification du projet Rapibus, des prolongements du corridor étaient envisagés vers le boulevard de l'Aéroport et, à plus long terme, vers le secteur de Buckingham. Avant même de pouvoir se positionner, une étude d'opportunité pour le prolongement entre les boulevards Lorrain et de l'Aéroport doit être réalisée au cours des prochaines années.

Si pour une partie du corridor central, entre Labrosse et Lorrain, on n'a pas à déplacer la voie ferrée, pourquoi doit-on le faire pour les extrémités du corridor?

Les deux extrémités du tronçon seront construites dans un milieu urbain bâti et donc, dans un environnement plus étroit. Du côté du boulevard Labrosse, les rails seront donc déplacés afin de s'arrimer au corridor Rapibus déjà existant. Et du côté de Lorrain, l'usine en place nous oblige à décaler les rails pour permettre l'insertion de la voie réservée aux autobus. La partie centrale de la voie ferrée est quant à elle conservée pour des raisons environnementales et assurer la stabilité des sols. 

Jusqu'où les rails sont-ils utilisés actuellement? Est-ce que ça pourrait poser un problème au futur pour les prolongements prévus?

Les rails se rendent actuellement jusqu'à Montréal et sont un maillage du réseau ferroviaire. La branche qui se situe entre Montréal et Ottawa, celle qui nous concerne dans le cadre de ce projet, est en fait la voie d'urgence pour dévier les trains entre Montréal et Toronto. Dans ce contexte, le gouvernement exige que le corridor ferroviaire soit maintenu en fonction. Dans l'éventualité d'un prochain prolongement, s'il est réalisé en milieu urbain ou naturel, nous devrons évaluer si les rails sont conservés tels quels ou décentrés pour libérer l'espace requis au prolongement.  

Service Rapibus

Avec l'entrée en service du prolongement, est-ce que les circuits locaux tels que le 71, 73 et 75 qui circulent présentement entre de La Cité et Labrosse seront prolongés jusqu'à Lorrain? Le 97 de Buckingham/Masson-Angers aura-t-il toujours son terminus à Labrosse ou sera-t-il déménagé à Lorrain? Quelles lignes de bus emprunteront directement le Rapibus à partir de Lorrain et quelles lignes devront faire une correspondance à Lorrain?

Il est beaucoup trop tôt pour se prononcer sur l'offre de service qui sera mise en place suite à l'ouverture du tronçon Labrosse-Lorrain. Cela étant dit, nous savons que certaines lignes de quartier en provenance des secteurs « est » s'inséreront dans le corridor et quelques-uns des voyages des lignes du Rapibus débuteront à Lorrain. Au final, ce seront plus de possibilités de déplacements pour les résidents de l'est de Gatineau. Le temps venu, des consultations publiques auront lieu sur les modifications à apporter au réseau de transport en commun.

Est-ce que l'ensemble des départs des lignes haute fréquence empruntant le Rapibus jusqu'à la Station Labrosse seront prolongés jusqu'à la Station Lorrain?

Dans un premier temps, seulement une partie des lignes qui circulent sur le corridor Rapibus seront prolongées jusqu'au boulevard Lorrain. Ensuite, l'offre de service sera ajustée selon l'achalandage et les besoins.

Pourrons-nous garer notre voiture au stationnement du parc du Lac-Beauchamp et ensuite, emprunter le Rapibus à partir de la Station Lac-Beauchamp?

Non puisque les espaces de stationnement du parc du Lac-Beauchamp sont strictement réservés aux utilisateurs du parc. Le parc du Lac-Beauchamp n'est pas un parc-o-bus. Les clients du transport en commun pourront utiliser les Parcs-o-bus Labrosse ou Lorrain qui offrent respectivement 579 et 219 espaces de stationnement.

L'engorgement des parcs de stationnement incitatifs témoigne-t-il d'un problème de manque de service dans les zones qui ne sont pas à distance de marche du Rapibus?

Un engouement est effectivement observé pour les stationnements incitatifs à proximité du corridor Rapibus. Cet intérêt est expliqué par différentes raisons. Certaines personnes s'y stationnent pour récupérer leur voiture rapidement pour aller faire des courses, passer chercher les enfants à la garderie ou encore, profiter d'une meilleure fréquence de service. Au niveau des lignes de quartier, par les années passées, la STO a bonifié son réseau de lignes locales pour assurer une meilleure fréquence vers les stations du Rapibus et ainsi, permettre à un plus grand nombre de gens de partir directement de la maison.

Avec la congestion chronique sur Lorrain même en période de confinement, ne croyez-vous pas amplifier le problème existant avec cette nouvelle offre de service?

Selon les études de circulation réalisées dans le cadre de ce projet, les niveaux de service anticipés sont acceptables. Le réseau routier dans la région est déjà saturé et une partie de la solution est justement le transfert vers les transports collectifs. Parallèlement à ce projet, rappelons que la STO bonifie son offre pour que ce service soit de plus en plus attrayant.

Infrastructures des stations Lorrain et Lac-Beauchamp

À la nouvelle Station Lorrain, il y a deux supports non couverts pour accueillir jusqu'à 14 vélos. Pourquoi ne pas avoir prévu une toiture comme à la Station Labrosse?

Merci, c'est un excellent point. Nous allons le considérer!

Vous parlez de 14 espaces à vélos pour les citoyens, à la Station Lorrain. Est-ce qu'il va être possible d'en ajouter dans le futur?

Certainement, l'ensemble des besoins grandissants de l'achalandage est un beau problème. Nonobstant les contraintes d'espace, ou les besoins futurs des autres processus et systèmes de ce terminus, cette demande est à évaluer!

Quelle est la pertinence d'avoir une station, les clients ne pourraient-ils tout simplement pas attendre l'autobus dans le Pavillon? Et considérant que la Station Lac-Beauchamp sera isolée en pleine nature, ne sera-t-elle pas vulnérable face au vandalisme

La Station Lac-Beauchamp permettra aux utilisateurs du transport en commun un accès direct et sécuritaire en autobus au parc et à ses activités de loisirs. Quant au centre de plein air Hélène Larochelle, il est situé à plus de 150 mètres du corridor Rapibus et donc, trop loin pour permettre aux gens de voir l'arrivée des autobus et de se rendre à l'arrêt à temps. Pour ce qui est du vandalisme, des caméras seront installées des deux côtés du corridor.

Est-ce que la Station Lac-Beauchamp sera construite sur le versant nord ou sud du corridor Rapibus?

Des deux côtés, de façon à desservir les clients qui se dirigent vers l'est et vers l'ouest de Gatineau.

Est-ce que les feux de circulation au boulevard Labrosse donneront priorité aux autobus?

Oui, comme tous les feux de circulation localisés sur le corridor Rapibus.

Est-ce que des supports pour les vélos sont prévus à la future Station Lac-Beauchamp?

Non puisqu'afin de minimiser notre empreinte dans le parc, la Station du Lac-Beauchamp sera une petite station qui servira principalement à amener des visiteurs. Les cyclistes pourront y accéder via la piste multifonctionnelle ou encore, en utilisant les supports à vélos sur les autobus.

Quels seront les dispositifs mis en place pour assurer notre sécurité à la Station du Lac-Beauchamp? Cette station semble un peu isolée.

La future Station Lac-Beauchamp sera éclairée et munie de caméras de sécurité. De plus, des boutons d'urgence reliés à notre système d'opération sont également prévus.

Quelles infrastructures composeront la future Station Lac-Beauchamp?

Deux infrastructures sont prévues sur les versants sud et nord du corridor Rapibus comprenant des bancs, des poubelles et des panneaux à messages variables pour connaître l'heure de passage des prochains autobus en temps planifié et réel. La Station sera éclairée avec des caméras.

Est-ce que les aménagements de la station du Lac-Beauchamp seront réalisés de manière inclusive pour les personnes à mobilité réduite?

Oui, les standards de la conception architecturale de la future Station Lac-Beauchamp seront identiques aux autres stations Rapibus qui respectent toutes les normes en matière d'accessibilité universelle. En plus d'être pavé et éclairé, le sentier qui reliera la station au centre de plein air Hélène Larochelle sera aussi accessible.

Environnement

Est-ce qu'il y aura des impacts sur l'environnement?

Le prolongement du corridor Rapibus traversera le parc du Lac-Beauchamp, il y aura donc un impact sur l'environnement. C'est pour cette raison que la STO travaille avec les experts en environnement pour s'assurer de bien faire les choses et de respecter les lois et règlements en vigueur. D'ailleurs, afin de diminuer, le plus possible, l'impact des travaux de construction, des mesures environnementales sont prévues là où c'est nécessaire.

Environ 3 % de 240 hectares de forêt seront touchés : avez-vous un plan pour reboiser d'autres parties du parc du Lac-Beauchamp afin de diminuer votre empreinte?

La zone des travaux, qui inclut l'emprise ferroviaire, représente effectivement 3 %. Par contre, si on exclut la voie ferrée déjà existante, les activités de déboisement nécessaires à la réalisation du projet représentent moins de 3 %. D'ailleurs, en optant pour un tracé qui longe la voie ferrée, nous minimisons l'impact sur les boisés matures. Et afin de compenser la perte d'arbres, la zone de contrepoids sera végétalisée et, arbres et arbustes seront plantés sur le versant nord du ruisseau Wabassee.

Quel est le pourcentage de l'espace qui sera perdu au niveau des étangs et des milieux humides?

Moins de 1 %. En fait, le projet touchera des milieux humides et hydriques sur une superficie d'environ 25 000 m2. Pour compenser cette perte, la STO a d'ailleurs versé une somme d'un peu plus de 1,7 M$ au Fonds de protection de l'environnement et du domaine hydrique de l'État du ministère de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques du Québec. Ce montant servira notamment à financer d'autres projets environnementaux ou mesures de compensation sur le territoire de la ville de Gatineau.

Durant les travaux cet hiver, allez-vous défaire les souches d'arbres qui se trouvent sous les étangs? Si oui, qu'allez-vous faire avec les grenouilles et les tortues qui seront potentiellement en hibernation dans la vase, sous ces souches à enlever?

Des fouilles exploratoires ont justement servi à préparer le terrain. Près de 4 kilomètres de barrière faunique temporaire ont permis de délimiter la future zone des travaux. Ensuite, les petites espèces telles que rainettes, crapauds, couleuvres, grenouilles, tortues et autres, ont été déplacé à l'extérieur de cette zone. Des centaines d'individus de ces différentes espèces ont été relocalisés, avec soin et selon les mesures propres à chacune d'elles, à l'extérieur de la zone clôturée, mais à proximité de celle-ci afin de leur offrir un habitat similaire.

Avez-vous prévu des passages pour les cerfs de Virginie?

Nous avons posé cette question au ministère de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques et au ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs. En raison de la faible densité du volume d'autobus et la capacité des cerfs de Virginie de circuler librement entre les parties nord et sud du parc du Lac-Beauchamp, ils nous ont confirmé qu'il n'y a pas lieu d'ajouter des infrastructures spécifiques à cette espèce.

Avez-vous pris toutes les mesures nécessaires pour préserver l'environnement?

La STO s'est engagée à respecter toutes les exigences environnementales et à réaliser plusieurs mesures compensatoires pour diminuer, le plus possible, l'impact des travaux de construction. La STO a d'ailleurs tenu compte des inquiétudes de la population et des groupes d'intérêts qui ont participé aux consultations publiques dans le cadre du projet du corridor Rapibus.

Est-ce que la barrière faunique temporaire est inspectée de manière périodique afin d'assurer la protection et le déplacement de la faune aux endroits dédiés?

Depuis l'installation de la barrière faunique temporaire, des inspections ont eu lieu et certains correctifs ont déjà été apportés. L'entrepreneur est responsable d'entretenir ladite barrière pendant la construction, jusqu'à la pose de la barrière permanente.

Qu'arrivera-t-il des eaux de ruissellement salées en période hivernale?

L'entretien de la chaussée sécuritaire durant l'hiver engendre effectivement que la neige se retrouve contaminée par les sels de déglaçage. À la fonte des neiges, au printemps, nous voulons éviter que ces eaux de ruissellement ne se retrouvent dans les milieux naturels. C'est pourquoi ces dernières seront collectées et traitées dans des tranchées drainantes ou des noues similaires au bassin de biorétention de la Station Lorrain. Les plantes qui s'y trouvent absorbent les matières en suspension, par exemple le phosphore, pour permettre que l'eau rejetée ne vienne pas perturber les milieux naturels.

Allez-vous dévier le ruisseau Wabassee au niveau de la rue Martin?

Le ruisseau demeurera dans son lit existant, par contre le passage des eaux du nord au sud, sera canalisé dans un ponceau de plus grande dimension. La branche sud du ruisseau sera aussi reprofilée et nettoyée afin de mieux accueillir et contenir la quantité d'eau anticipée.

Vous avez mentionné quelques nichoirs; y aura-t-il collaboration avec le Club des ornithologues de l'Outaouais? Qui sera responsable de leur entretien?

Effectivement, les nichoirs et dortoirs devront être entretenus. À l'heure actuelle, la STO n'a pas encore statué sur la façon dont ils seront entretenus et qui en assurera la responsabilité. Un partenariat avec le Club des ornithologistes de l'Outaouais pourrait être considéré. 

Piste multifonctionnelle

Avez-vous consulté des groupes cyclistes et sondé des marcheurs afin de concevoir une infrastructure vraiment utile et facilement utilisable? Avez-vous prévu des espaces séparés pour les piétons?

Les citoyens, mais plus particulièrement les cyclistes, ont été consultés via la cartographie participative du Plan directeur du réseau cyclable en 2017. La piste multifonctionnelle sera partagée entre les piétons et les cyclistes. L'achalandage anticipé ne devrait pas causer de problème de cohabitation et ceci permettra de réduire l'empreinte environnementale.

Est-ce que la piste multifonctionnelle sera éclairée en soirée?

Seules les deux traverses de la piste multifonctionnelle ainsi que la traverse adjacente à la future Station Lac-Beauchamp seront éclairées.

Est-ce que la piste multifonctionnelle sera déneigée?

Le déneigement de la piste multifonctionnelle par la Ville de Gatineau n'est pas prévu à court terme. Le sentier qui reliera la future Station Lac-Beauchamp au centre de plein air Hélène Larochelle sera quant à lui déneigé.

Avez-vous prévu d'entretenir la piste cyclable pour des fins de sécurité?

Effectivement, l'entretien de la piste multifonctionnelle sera assuré par la Ville de Gatineau. D'ailleurs, avec le nouveau Plan directeur du réseau cyclable, des budgets supplémentaires sont alloués à l'entretien et au balayage des sentiers cyclables et multifonctionnels.

Pourquoi les deux extrémités « est » et « ouest » de la piste cyclable se situent-elles au sud du corridor Rapibus et de la voie ferrée?

Il n'y a pas suffisamment d'espace du côté nord du Rapibus à ces endroits pour y aménager la piste multifonctionnelle. Trois différents tracés de la piste multifonctionnelle ont été étudiés. Le tracé retenu est celui qui est le plus sécuritaire, efficace et qui minimise les impacts environnementaux.

Pourquoi n'y a-t-il pas de bancs prévus le long de la piste cyclable?

Ajouter des bancs le long de la piste multifonctionnelle exigerait un empiètement supplémentaire dans les milieux environnants.

Des chicanes vont-elles vraiment être posées aux traverses cyclistes? Elles sont un obstacle à la mobilité, notamment pour les familles utilisant un chariot, tandems, vélos cargos, ou autres.

Oui, les chicanes sont exigées par les règlements ferroviaires puisque c'est un passage à niveau pour piétons et cyclistes. Ces dernières servent à ralentir l'arrivée des utilisateurs de la piste multifonctionnelle à l'approche du rail.

Parc à chiens / Propriétaires de chiens

Le projet suscite des inquiétudes pour beaucoup de Gatinois qui sont nombreux à avoir adopté un chien. Le prolongement du corridor aura-t-il un impact sur le parc à chiens? Allez-vous arrimer le passage entre le parc à chiens et le parc du Lac-Beauchamp?

Aucun impact n'est prévu puisque le parc à chiens est situé complètement au nord, à l'extérieur du parc du Lac-Beauchamp. Ce dernier continuera d'être accessible par le boulevard Saint-René. Et considérant que les chiens ne sont pas admis dans le parc du Lac-Beauchamp, il n'y a pas de lien prévu entre les deux.

Le parc à chiens sera fermé du 8 au 12 mars prochain afin d'offrir un accès sécuritaire à la zone des travaux. Merci de votre compréhension.

Est-ce que les chiens seront permis sur la piste multifonctionnelle?

Considérant que la piste cyclable sera multifonctionnelle, oui les chiens seront permis en laisse.

Riverains

Est-ce que le prolongement du corridor Rapibus sera bruyant?

Non, pas plus que les trains qui circulent déjà, à l'occasion, sur la voie ferrée. Le corridor sera construit au nord de l'emprise ferroviaire, donc loin des zones récréatives, du pavillon et de la plage. Aussi, le parc du Lac-Beauchamp est un espace boisé qui atténue naturellement le bruit par exemple, les automobiles qui circulent sur les boulevards Maloney et Saint-René. De plus, à compter de 2025, des autobus électriques commenceront à intégrer graduellement le parc d'autobus de la STO. Ces derniers seront encore plus silencieux.

Est-ce que des expropriations sont prévues dans le cadre de ce projet?

Aucune expropriation n'est prévue dans le cadre de ce projet, seulement des achats de terrains aux abords de la voie ferrée, par exemple au sud où passera la piste multifonctionnelle.

Comment va se faire la gestion du ruisseau Wabasee au bout de la rue Martin, avant, pendant et après les travaux?

Cet enjeu ne relève pas de ce projet de transport collectif, mais bien de la Ville de Gatineau. La responsabilité de la STO est simplement de permettre l'écoulement des eaux entre les parties nord et sud des bassins versants faisant partie du ruisseau Wabassee.

Est-ce qu'un écran de verdure est prévu derrière les terrains de la rue Martin, ainsi qu'au nord du corridor du Rapibus?

L'espace entre ces propriétés et la piste cyclable est très restreint et aucun écran visuel n'est prévu pour le moment, mais tout comme pour la construction du corridor Rapibus jusqu'à Labrosse, une fois le projet complété nous serons en mesure d'identifier l'écran de verdure approprié.

Utilisateurs du parc

Est-ce que la construction aura des impacts sur les activités de plein air que l'on peut pratiquer au parc du Lac-Beauchamp?

Non puisque le corridor sera construit au nord de l'emprise ferroviaire, donc loin des zones récréatives, du pavillon et de la plage. Il ne devrait donc pas y avoir d'impacts sur les activités de loisirs.

Est-ce que le sentier qui reliera la future Station Lac-Beauchamp au centre de plein air Hélène Larochelle sera réaménagé?

En effet, nous en profiterons, de concert avec la ville de Gatineau, pour réaménager ce sentier et ainsi, assurer la sécurité des utilisateurs du transport en commun et des visiteurs du parc. En plus d'être pavé, éclairé et balisé, ce sentier respectera les normes d'accessibilité universelle.

Valeur historique

Est-ce possible de conserver les anciens poteaux de fils de la voie ferrée pour un possible projet en collaboration avec la Ville de Gatineau?

Les poteaux, pour des considérations de sécurité, seront retirés de l'emprise ferroviaire et démantelés. S'il y a de l'intérêt pour ces poteaux, tout en gardant en tête que certains d'entre eux pourraient avoir été traités avec des produits chimiques ou autres, la STO est ouverte à considérer les demandes reçues en ce sens.

©

2012 Société de transport de l'Outaouais. Tous droits réservés. Les informations et données qui apparaissent sur ce site ne peuvent être utilisées à des fins commerciales ou lucratives sans autorisation de la STO.